Énoncés barbares

1- Définition

2- Glossaires

3- Noms barbares en rituel magique

1- Définition

L’expression « noms barbares » (ὀνόματα βάρβαρα) est ici utilisée pour désigner « des noms divins, ou bien des attributs et fonctions de divinités, ou bien encore des effets vocaux intervenant dans le cadre de rituels ». Cette dénomination vient de ce que la phonétique de ces noms paraissait étrange pour un Grec ou un Latin. « Il s’agissait le plus souvent, dans l’exercice de la dénomination du sacré, d’exprimer l’inexprimable par des mots censés être plus forts, étrangers à la façon reçue de désigner les dieux de chez soi à l’aide de leurs noms propres courants ou par l’absence de tout nom propre. »

Longtemps, le « nom barbare », considéré comme un « monstre verbal » pour reprendre une expression de Jérôme (portentum uerborum, Vita Hilarionis, 21 [PL 23, col. 38 A-B]), a été perçu comme essentiellement itératif et d’origine hébraïque. Cependant, déjà Theodor Hofpner[1] faisait remarquer que la phonétique de ces noms n’était pas toujours d’origine hébraïque et que l’itération n’était pas un phénomène mimétique figé. On doit parler plutôt de « non-cloisonnement linguistique » et diversification cultu(r)elle.

Le projet Cénob est centré sur la notion d’« énoncé barbare » qui impliquer l’idée d’une série ou d’une suite dont la particularité est d’être proférée ; c’est-à-dire que la trame de l’énoncé est constituée par l’articulation à voix haute. Ainsi, dans le projet, ce n’est pas le « nom barbare » isolé qui retient l’attention mais la disposition. Pour terminer, on ne peut que citer Origène Contre Celse, I 25 : « ces noms (barbares) ont une puissance efficace (δύναται) dès lors qu’ils sont dits dans un certain enchaînement qui les tisse ensemble (λεγόμενα μετά τινος τοῦ συνυφοῦς αὐτοῖς εἱρμοῦ). »

 (Excepté la citation d’Origène, toutes les citations sont de Michel Tardieu, « Introduction », dans Tardieu, Michel – Van den Kerchove, Anna – Zago, Michela (dir.), Noms barbares I. Formes et contextes d’une pratique magique (Bibliothèque de l’Ecole des Hautes Etudes 162), Turnhout, Brepols, 2013. Nous y renvoyons pour une explication plus détaillée sur « nom barbare » et « énoncé barbare ».)

 2- Glossaires

Glossaire des « énoncés barbares » dans les papyrus magiques grecs (en préparation).

Glossaire des « énoncés barbares » et « noms divins » dans les Codices de Nag Hammadi, Bruce et de Londres (en préparation.)

Index inversé des « énoncés barbares » (en préparation).

3- Noms barbares en rituel magique (texte de Claudine Besset-Lamoine, août 2012)

Au cours des travaux et recherches sur le corpus des Noms Barbares dans le cadre du projet ANR Cenob, Claudine Besset-Lamoine[2] a développé une démarche intitulée le « Dire à haute voix ». Celle-ci est centrée sur les textes coptes de Nag Hammadi qui contiennent des noms barbares, des séquences de voyelles en contexte ritualisé et / ou des rituels d’invocation et de glorification d’entités divines, avec différentes formes de mises en voix liées à des pratiques théurgiques ou religieuses.

La première expérience du « Dire à haute voix » a été présentée au Collège de France, lors du Colloque Noms Barbares 2, en juin 2008 sous le titre : « Noms Barbares en rituel gnostique : un essai d’interprétation scénique »[3]. La seconde a eu lieu lors de la présentation du volume des Mélanges Tardieu[4], en avril 2012, à l’Institut de Théologie Protestante de Paris sous l’intitulé : « Noréa, NH IX, 2, une dramaturgie en langue copte ».

« Noms Barbares en rituel magique[5] » que vous découvrez ici correspond à une troisième proposition, composée à partir de plusieurs extraits de textes de Nag hammadi : Marsanès (NH X, 1), Les Trois stèles de Seth (NH VI, 5), L’Ogdoade et l’Ennéade (NH VI, 6) et La Pensée première à la triple forme (NH XIII, 1), organisés à partir de procédés empruntés au théâtre en un rituel d’invocation.

L’accent a été mis à la fois sur la voix et sur les sonorités. La mise en voix débute par une série de sons, sifflements, claquements qui introduisaient ou accompagnaient les rituels magiques[6]. Puis la voix de la Protennoia, protagoniste principale, s’élève : « je suis le son, le son véritable », avant de laisser la place à une série de sons heurtés, des consonnes/voyelles tirés de l’enseignement de Marsanès. Vient alors un dialogue avec une succession de « anok/ntok (je/tu) » à forte musicalité, qui fait entrer dans l’intimité de l’impétrant accueilli par la divinité. Enfin, l’ensemble achève dans la gloire de l’échelle des voyelles de l’alpha à l’oméga.

« Le Dire à haute voix » a proposé dans le cadre d’un futur projet Barbara (une exploitation du projet Cenob) une mise en voix d’un autre écrit copte, les Trois Stèles de Seth (NH VI, 6). Il comportera une partie théorique – axée sur les structures de ce rituel d’ascension, les noms barbares et les formes littéraires coptes – et une mise en voix plus élaborée, réunissant psalmodie, récitatif et formes chantées soutenues par les voix de plusieurs chercheurs. Il s’agit d’une tentative susceptible d’apporter un éclairage fécond sur l’utilisation des noms barbares à des fins magiques, théurgiques ou religieuses.


[1] Griechisch-ägyptischer Offenbarungszauber, mit einer eingehenden Darstellung des griechisch-synkretistischen Daemonenglaubens und der Voraussetzungen und Mittel des Zaubers überhaupt und der magischen Divination im besonderen, t. I, Leipzig 1921, § 731-759, p. 188-92
[2] Séminaire gnose et manichéisme, LEM/EPHE. Avec la participation de Flavia Ruani, LEM, EPHE.
[3] « La lettre du Collège de France » N° 24, Paris, décembre 2008.
[4] Mohammed A. Amir-Moezzi – Jean-Daniel Dubois – Christelle Jullien – Florence Jullien (éd.), Pensée grecque et Sagesse d’Orient . Hommage à Michel Tardieu, Turnhout 2009.
[5] La mise en voix ci-jointe a été enregistrée en studio professionnel à Paris le 2 décembre 2010.
[6] Pascal Charvet et Anne-Marie Ozanam, La Magie. Voix secrètes de l’Antiquité. Textes traduits et présentés, Paris 1994.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *