À propos

Le carnet a pour finalité de rendre compte de l’avancée du projet Cénob et de partager des hypothèses de travail, en vue de l’exploitation historique des données rassemblées dans le cadre du projet.

Le projet CÉNOB, corpus des énoncés des noms barbares, est le seul projet scientifique international portant sur les noms barbares dont sont témoins, jusqu’à la fin de l’Antiquité, principalement les documents et textes magiques, aussi bien que philosophiques (néoplatoniciens) et théologiques (gnostiques), dans la Méditerranée orientale et occidentale. Centré sur une période allant du vie siècle avant J.-C. au vie siècle après (période de la production des tablettes de défixion, objets archéologiques localisés, datés, et donc pris comme points de repère chronologique) et mobilisant une approche interdisciplinaire et comparatiste, le projet Cénob vise à offrir à la communauté scientifique un corpus complet des noms barbares dans différents corpus. Contrairement aux indexations réalisées par Karl Preisendanz dans le troisième volume, jamais publié, des Papyri Graecae Magicae: die Griechischen Zauberpapyri, avec les compléments de William M. Brashear[1] et de Joachim F. Quack[2], pour les papyrus magiques grecs, par Angelicus M. Kropp[3] pour les papyrus magiques coptes et par Auguste Audollent[4]pour les tablettes de défixion, le projet Cénob ne propose pas une compilation alphabétique de données, mais un corpus de noms barbares envisagés dans leur contexte rituel (les  noms barbares dans un énoncé rituel ou dans une suite d’énoncés), d’où l’expression « énoncés barbares ». La base de données ainsi réalisée vise ainsi à permettre des recherches interdisciplinaires relevant de l’histoire des textes, de l’histoire des pratiques magiques et de l’histoire de la pensée philosophique et théologique, ainsi que de celle des sociétés, des religions et des langues orientales.


[1] William M. Brashear, « The Greek Magical Papyri : An Introduction and Survey, Annotated Bibliography (1928-1994) », ANRW II 18/5 (1995), p. 3380-3684.

[2] Joachim F. Quack, « Griechische und andere Dämonen in den spätdemotischen magischen Texten », dans Thomas Schneider (éd.), Das Ägyptische und die Sprachen Vorderasiens, Nordafrikas und der Ägais, Münster 2004, p. 427-507

[3] Angelicus M. Kropp, Ausgewählte koptische Zaubertexte, t. I-III, Bruxelles 1930-1931.

[4] Auguste Audollent, Defixionum tabellae : Quotquot innotuerunt tam in Graecis orientis quam in totius occidentis partibus praeter Atticas in corpore inscriptionum Atticarum editas, Paris 1904 (réimpr. Minerva, Frankfurt am Main 1967).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *